MARS 2019

MARS 2019

Vendredi 1er : La première lecture à la messe était de Ben Sirach, remplie de conseils judicieux à propos des relations humaines.  Imperceptiblement, l’attitude des communiants venus de l’extérieur semble avoir changé quelque peu.  Le silence semblait plus vivant, plus intériorisé.  Cela m’a rappelé ce que me disait un ami baptiste qui avait changé plusieurs fois d’églises dans le sud des É.-U. ; Ce qui comptait le plus pour lui dans une église, c’était un « sacré silence ».

Samedi 2 : Des frères ont pris la relève du Frère Léo avec le chariot de distribution de la nourriture à l’hôtellerie.  Léo m’a dit qu’il avait hérité de cette tâche par accident lorsque le Père Adélard s’était présenté en retard un jour.

Dimanche 3 : Les Frères Glic et Stephan ont fait subir une cure de rajeunissement aux chandeliers en métal noir dont nous nous servons à la chapelle.  Ce matin, six nouvelles chandelles avaient fière allure sur leurs chandeliers astiqués.

Lundi 4 : Le Frère Stephan a remplacé le fusible d’un appareil de chauffage géothermique mural dans l’une de nos salles de bain communes.  Le congé de mars est en cours localement, et l’ambiance en ville est détendue.  Parmi les retraitants cette semaine, il y avait une petite famille du Québec où l’on partage la même pause que le Nouveau-Brunswick.

Lecture de Carême

Mardi 5 : Le père Innocent a inauguré le chapitre du carême.  La lecture en commun du carême 2019 aura lieu les mercredis et vendredis après les laudes.  Le Frère Léo s’est rendu au village pour un bilan de santé avec son médecin de famille ; beaucoup de raisons d’être reconnaissant et beaucoup de raisons de se dépasser.

Mercredi 6 : mercredi des cendres.  Un envoi de miel est arrivé à la porte d’entrée ce matin, et nous avons pu obtenir des nouvelles du propriétaire du rucher d’où nous achetons le miel.  Aujourd’hui, à la messe, le Père Innocent a parlé du sens de notre vie et de nos actions devant Dieu, qui seul est bon.

Jeudi 7 : Je me suis rendu à la bibliothèque publique de Rogersville.  Elle se trouve dans une école aujourd’hui désaffectée, mais encore active il n’y pas si longtemps.  On y montrait des vidéos, et un couple plus âgé profitait de l’ordinateur et de l’accès à l’internet.

Vendredi 8 : Bede a obtenu une nouvelle chaise pour le bureau d’accueil où il se trouve assez souvent ces jours-ci.  Bien que Léo semble inchangé personnellement après avoir pris une pause de son poste d’hôtelier, le bureau a rapidement commencé à paraître différent et d’en répandre l’impression.  Le Père Innocent s’est rendu à Québec en train aujourd’hui. 

Samedi 9 : La nouvelle chambre du Frère Léo a une vue magnifique sur le lac.  Il cherche l’aigle, son ami, mais celui-ci n’est pas là.  Cependant, quelques oiseaux ont semblé cette semaine avoir l’impression que le printemps n’était pas loin, et certains de nos amicaux insectes sont réapparus en bas.

Dimanche 10 : Frère Léo a fait des rêves exceptionnellement beaux, et il s’intéresse à tout ce qui se passe.  Le Père Bede nous a sérénadés au repas du midi avec de belles chansons italiennes ce qui a semblé rapprocher Rome et les Romains.  J’ai rarement entendu quelqu’un chanter avec autant de conviction sur la bonne façon de servir les pâtes : al dente.

Lundi 11 : Le Frère Stephan a déneigé certaines parties de la cour arrière pour l’irriguer à l’approche de la fonte des neiges afin que l’eau n’atteigne pas les bâtiments.

Mardi 12 : Des retraitants sont de retour après vingt ans d’absence.  Ils se souviennent surtout du Calvaire des années 1970 et lorsqu’un homme s’est mis à parler de Dom Alphonse, il n’a regardé avec des yeux redevenus jeunes.  Un camion plein de poussins pour nos granges est arrivé aujourd’hui.  Liturgiquement, nous faisons une pause de chant à la messe cette semaine.

Mercredi 13 : Le Frère Léo avait rendez-vous à Newcastle aujourd’hui, et il a été ravi par la beauté de la place publique de la ville à la lumière du soleil.

Jeudi 14 : La nouvelle de sa mort nous étant parvenue hier soir, le Père Bede a offert la messe pour Colleen Hasler ce matin.  Au cours de ses visites ici, elle a été étroitement associée au monastère pendant de nombreuses années, et à mesure que nous priions pour elle aujourd’hui, son exemple et sa p

P. Bède renseigne le cuisinier sur combien d’hôtes pour le repas

ersonne nous sont venus à l’esprit d’une manière nouvelle.

Vendredi 15 : Captive in Iran est le premier livre audio dont nous avons la lecture par une femme, Patty Fogarty.  Elle a sa propre façon de lire fort bien, insufflant la vie à l’histoire racontée par le livre, de telle façon qu’elle nous fait parfois oublier la présence d’une lectrice.

Samedi 16 : Le registre des réservations à l’hôtellerie commence à se remplir pour la semaine pascale. Aujourd’hui, le Frère Léo se rappelait les neuvaines à saint Joseph durant son enfance à Memramcook.  Il marchait huit kilomètres dans les deux sens pour se rendre à l’église chaque jour de la neuvaine, avec exemption de classe pour les étudiants qui suivaient la neuvaine.

Dimanche 17 : Le Frère Glic s’est rendu à la gare ce soir pour y accueillir quelques retraitants.  Fait inhabituel pour le train en direction ouest, il accusait deux heures de retard.

Lundi 18 mars : Le Frère Léo s’est rendu à Miramichi pour un rendez-vous aujourd’hui, tandis que le Père Roger se rendait à Spryfield, en Nouvelle-Écosse, pour la messe des funérailles de Colleen Hasler. Roger est revenu ici le même jour.

Mardi 19 mars : Aujourd’hui, c’était au tour de Bede de prendre un rendez-vous avec un médecin sur l’imposante rivière Miramichi.

Mercredi 20 mars : L’infirmière de l’extramurale est venue prendre des nouvelles du Frère Léo, vérifier son état de santé et discuter de beaucoup de choses aussi.  Nous avons terminé l’écoute de la lecture de Captive in Iran.  Comme les auteurs l’espéraient, le livre vous emmène dans l’Iran de tous les jours, pour ainsi dire, et c’est aussi important que leur propre histoire.  Notre nouvelle lecture porte sur le bonheur, et il s’agit d’un recueil de courtes pensées du Pape François.  Le lecteur sur le fichier numérique, faisant de son mieux pour transmettre l’aura du Pape, sonne un peu comme un animateur détendu et à l’aise en fin de soirée !

Jeudi 21 mars : Une jeune famille est ici en retraite, ils chantent bien, et après la messe chez les Trappistines aujourd’hui, ils ont pu voir comment les sœurs fabriquent les hosties.  La machine pour cuire les hosties provient de Lyon, en France, et elle tourne en cuisant sur une série de plaques de cuisson.  Le rendement est considérable.  L’odeur de la pâte cuite est agréable.

Vendredi 22 mars : Aujourd’hui, Bede a expliqué les icônes à nos visiteurs.  Le vélo de Bede est réapparu près de l’entrée principale, prêt à affronter toutes les conditions ce printemps et cet été.

L’avenue commence à se dégager

Samedi 23 mars : Un voisin élève ses propres poules et nous avons commencé à lui acheter des œufs.  Ils sont excellents !  La vue de la neige sur les différentes parties du toit de la grande grange s’effritant et glissant sous l’effet du temps doux, rappelle la paix que l’on ressent en voyant la mer à une saine distance.  Entendre de jeunes voix et de jeunes questions, à cause de la famille qui fait retraite ici, est un bon rappel de beaucoup de choses, la joie en étant une.

Dimanche 24 mars : Des travaux ont été effectués cette semaine sur le système électrique de la génératrice de secours.

Lundi 25 : Le Père Innocent est revenu de Québec juste après le déjeuner d’aujourd’hui.  Il semble heureux de la période de formation et se remet déjà du rhume qu’il a contracté durant son absence.  Le Frère Stéphan s’est occupé aujourd’hui d’un problème qui a surgi sur un plancher de couloir en bois franc lorsqu’un éclat de bois a fait surface.

Mardi 26 : Le Frère Léo s’est rendu de nouveau à Miramichi pour un autre rendez-vous de suivi médical qui s’est bien passé.  Dans la salle d’attente, il a rencontré un homme de 98 ans qui avait plutôt l’air alerte.  Je suppose que six années de plus vous laissent plus surpris par ce qui se passe.  Léo a 92 ans.  Il a repris sa stalle au chœur et sa place à la table commune aujourd’hui.

Mrcredi 27 :  Un groupe de Campbellton est en retraite ici.  Des gens chaleureux.  Les Acadiens du nord de la province semblent vivre dans un monde un peu plus coloré, tandis que les Acadiens du sud intériorisent en partie cette couleur, comme une chanson tranquille à laquelle ils réfléchissent.

Jeudi 28 : Avec l’aide d’un ami, le Père Innocent a commencé à tailler les pommiers.  Il dit qu’il faut tailler très tôt dans la saison.  À cette période-ci de l’année, il a l’habitude de cultiver en serre des pousses de légumes, mais quelqu’un d’autre s’est chargé de ce soin à cause de l’absence du Père Innocent.

Vendredi 29 : Beaucoup de soleil et des conditions fraîches ont fait durcir la neige plutôt que de la faire fondre d’un coup.  La neige est plus qu’assez dure pour marcher sans s’enfoncer, une joie pour ceux qui aiment la forêt, car elle permet de s’y promener librement en cette période de l’année.

Samedi 30 : L’hiver qui s’éloigne révèle ici et là sur le sol le long de la route de nombreux détritus: les désodorisants magiques qui dégagent une odeur d’arbres dans les voitures ; les pelles à neige et des morceaux de pelles ; les contenants vides de Bud Light ; les paquets de cigarettes vides avec les horribles avertissements du gouvernement quant aux effets nocifs de la cigarette sur la santé.

Dimanche 31 : Certains de nos plus vieux amis et voisins qui habitaient le long de la route sont partis.  Leur présence avait été aussi rassurante que l’étoile du matin.  Nous leur souhaitons bonne chance.